Araignées

Liste préliminaire des araignées de Midi-Pyrénées

Constat régional

La région est soumise à de multiples influences climatiques qui engendrent une très grande diversité d’habitats. Ces derniers se répartissent entre les fortes altitudes des Pyrénées et les zones thermophiles du Lot.
La colonisation des araignées dans tous les types de milieux existants, en dehors des milieux strictement marins, génère une diversité potentielle remarquable pour la région Midi-Pyrénées, une des plus grandes régions françaises.

On pourra ainsi noter :
– un fort endémisme (Pyrénées, milieux hypogés,…)
– des espèces en limite d’aire de répartition (influence méditerranéenne,…)
– et de nombreuses espèces spécialisées et inféodées à des milieux particuliers (tourbières, pelouses sèches, landes, grottes, ripisylves,…).

Les données anciennes proviennent en grande majorité de prospections pyrénéennes qui font état d’une forte diversité. Cependant, en plaine les prospections étaient plus sporadiques et parfois inexistantes. Pour preuve les données publiées existantes sur les araignées dans le département de l’Aveyron donnaient un effectif d’à peine 46 espèces sur les 1600 présentes en France !

Cette science reste difficile d’accès et au niveau régional les arachnologues restent peu nombreux, ainsi les découvertes sont choses communes.
Enfin, la détermination spécifique est assez complexe (organes génitaux) et requiert une littérature qui reste fragmentée et difficile d’accès (publication spécifique et travail issu de chercheurs internationaux).

Récoltes des données

Ce premier bilan est basé, comme on le verra, sur la comparaison des données bibliographiques existantes (Le Péru, 2007) et de nombreuses récoltes et déterminations récentes. Ces données proviennent :
– d’échantillonnages limités à certains habitats ou types d’habitats (dont les sites du Conservatoire) : pelouses sèches, prairies humides, tourbières, grottes
– de collaboration avec différents entomologistes (H. Brustel, N. Gouix, L. Valladares, J-P. Sarthou,…) et structure (FDC 32), qui ont permis grâce à leur travail de tri et de conservation de matériel de nous faire parvenir des espèces venues de vielles forêts et cavités d’arbres, Coteaux de Gascogne, jachères dans l’Armagnac,…

Cet apport supplémentaire de matériel a permis en 4 ans la détermination d’un grand nombre d’espèces qui génère un premier bilan régional très riche, bien qu’encore très incomplet !

Répartition des connaissances par maille (Novembre 2009)

Bilan des connaissances par départements (Novembre 2009)